Les Ambassadeurs au Crillon

Pin it
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Avis 0.00 (0 Votes)

Le restaurant L'écrin a remplacé les Ambassadeurs, toujours avec Christoher Hache aux commandes.
Une fois Jean-François piège parti pour s'installer chez Thoumieux, il aura fallu au luxueux et prestigieux Hôtel de Crillon près d'un an pour trouver un cuisinier qui ait un assez gros potentiel pour répondre aux attentes de ce Palace Parisien. Alors inutile de dire que l'arrivée du cuisinier Christopher Hache à la tête du restaurant gastronomique du Crillon en avril 2010, a fait le buzz à Paris et à fait couler beaucoup d'encre

Les Ambassadeurs au Crillon : un grand restaurant étoilé au Michelin.

Mais malgré sa petite trentaine, ce cuisinier très talentueux a vite su trouver ses marques, et a prouvé qu'il était bien le chef qu'il fallait pour tenir les fourneaux des Ambassadeurs.crillon cristopher hache

D'ailleurs, le Michelin ne s'y est pas trompé puisqu'il a donné sa première étoile à Christopher Hache dès 2011... en attendant mieux !

Car selon nous, sa cuisine le place aujourd'hui parmi les dix meilleurs restaurants de Paris, comme nous l'a prouvé notre dernier repas.

Il est vrai que ce cuisinier particulièrement doué élevé dans le monde de la restauration, à bien profité des leçons de ses maîtres, qui ne sont autres qu'Alain Senderens, Eric Briffard ou Eric Fréchon, que des chefs au top de la gastronomie française actuelle.

Restaurant les Ambassadeurs à l'hôtel CrillonComme la cuisine est un travail d'équipe, il a aussi su bien s'entourer, avec comme second aux fourneaux Amandine Chaignot, finaliste du prix Taittinger, comme chef pâtissier Jérôme Chaucesse, jeune mais déjà grand professionnel des desserts, Jérôme Moreau en qualité de chef sommelier, un pro au parcours éloquent, sans oublier pour veiller côté salle, Pierre Jung grand Directeur que nous avions déjà connu au Grand Véfour, et qui sait mieux que personne mettre le public à son aise en faisant en sorte que le service soit parfait sans pour autant avoir l'air guindé.

Restaurant Les Ambassadeurs au Crillon à Paris - Le foie gras en cocotteReste le décor, somptueux puisqu'il s'agit de celui de l'ancienne salle de bal de l'Hôtel de Crillon, avec des murs décorés de superbes panneaux de marqueterie en marbre qui jouent sur sept couleurs et servent d'encadrement à de grands miroirs, le tout illuminé par des lustres de cristal  monumentaux accrochés aux plafonds où ils brillent de mille feux.

Donc un cadre superbe et une ambiance parfaite pour apprécier à loisir les succulents mets néo-classiques de ce grand cuisinier.

En guise d'entrée, le foie gras cuit en cocotte luttée s'impose. Un plat « signature » qu'il n'est même plus possible d'enlever de la carte vu son succès.

Ensuite, si c'est la période de la chasse et si vous aimez le gibier, ne ratez à aucun prix son lièvre de Beauce « à la royale » escorté d'une purée de panais. Un grand plat avec une sauce d'une rare puissance aromatique.

Autrement, son impeccable poularde du Patis en demi-deuil servie avec un risetto à la truffe noire fera admirablement l'affaire.

Enfin et si elle est à la carte lors de votre repas, prenez une poire façon "Belle Hélène", vous ne le regretterez pas.

 

Après l'étoile en 2011, le Michelin a marqué une pause en 2012, mais nous ne serions vraiment pas étonnés s'il lui attribuait une seconde étoile plus que méritée dans son édition 2013.

Comptez quelque 150 € hors boissons à la carte. Menu dégustation en 6 assiettes à 140 € hors boissons. Remarquable menu à 68 € hors boissons. 

 

Infos Pratiques :  

 Restaurant Les Ambassadeurs
 Hôtel de Crillon
 Fermé samedi midi, dimanche et lundi  
 Accueil jusqu'à 22h 

 10 place de la Concorde à Paris 8ème 
 Métro : Concorde
  01 44 71 16 16 
 Plan du quartier

 

Extraits de la carte :

  • Le pied de cochon, pané à la truffe noire, légumes vinaigrés (34 €)
  • Le carpaccio de Bar, coquillages, fenouil à l'huile de vanille (43 €)
  • Le foie gras de Canard des Landes, cuit en cocotte lutée (54 €)
  • Le tourteau en émietté, radis rouge, mayonnaise au wasabi (54 €) 
  • Les langoustines rôties, rafraîchi d'une compotée de navet, bisque safranée (97 €)
  • La barbue cuit meunière sur l'arête, endives braisées, sauce à la chicorée (42 €)
  • Le Pigeon des Costières, oignons grelots façon Tatin, les cuisses servies en bouillon (68 €)
  • Le carré d'Agnelet en cheveux d'anges, quinoa à l'aubergine fondante (68 €) 
  • La poire "Belle Hélène" (25 €)
  • L'île flottante (25 €)
  • Le baba infusion d'agrumes, émulsion rhum blanc, sorbet Yuzu (25 €)
  • Finger chocolat yuzu, glace noisette (25 €) 

Restaurants à Paris * Restaurants à Paris 8ème * 

 

Les restos - guide de restaurants *  Resto à Paris -  Guide de Restaurants

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Consommez avec modération.

Copyright © 2019 Paris gourmand - Tous droits réservés - CGU
Mentions Légales - Qui sommes nous ? - Plan du site

Politique de confidentialité Politique des Cookies